Mon premier laisser-passer…

8 04 2012

 

Comme une enfant avant sa première audition de piano, j’ai choisi de beaux habits, ciré mes bottines, et mis du noir sur mes yeux… Comme une enfant, je suis arrivée bien en avance, histoire de ne pas passer pour la mauvaise élève de la classe, je suis devant ce lourd portail ouvert, donnant immédiatement sur un sas de contrôle digne d’un bel aéroport de province. Papiers d’identité, justificatifs, convocation, rien n’est de trop pour entrer dans ce palais du Luxembourg abritant cette immense cour, puis ces escaliers de pierre assez monumentaux… On me délivre alors mon premier laisser-passer. J’écope du numéro 36908 délivré à 14h11 précisant le lieu, la personne censée m’attendre et l’horaire de mon rendez-vous. Ce précieux sésame en main, je traverse le sas électronique susceptible de découvrir une arme, une bombe ou je ne sais quoi d’autre et me voilà dans la cour. Ma collègue se voit retenue plus longtemps encore au contrôle, n’ayant pas de pièce d’identité officielle à produire, il s’en est fallu d’un cheveu que je me retrouve toute seule, ouf !

Ce laisser-passer d’entrée au Palais du Luxembourg ressemble étrangement au petit papier rose que j’ai reçu en 1984 lors du passage de mon permis de conduire, drôle de similitude.

Pour nous l’escalier sur le côté gauche allait suffire. Là, un planton richement vêtu m’indique le chemin à prendre pour se rendre à la salle d’audition… Un escalier monumental, style empire s’ouvre à nous. Malgré l’insistance du planton pour nous indiquer l’ascenseur, ma collègue un peu claustro préfère les marches d’escalier…


Actions

Informations



Laisser un commentaire




leMartyblog |
Un regard sur l'Asie |
Sitting on a cornflake |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un coup de dés...
| nabil
| Vigne et cheval