Une ombre portée

12042011

une ombre portée

sur une table en bois

là, sa fragilité.




Gris

19122009

Gris, le temps est gris.

Vert l’horizon, bleu ton regard

Jaune mon sourire quand je te vois partir

Brillants nos regards qui se croisent dans l’obscurité

De velours tes mains qui se promènent sur mon corps

De miel ta bouche contre ma bouche.

Le temps qui coule est-il un ami ou un ennemi?

Gris, le temps est gris.  




Sucré – Salé

19122009

 

Les caresses, les premiers baisers au goût de miel, la découverte d’une bouche… Hum!

Quand l’interstice enjôleur se rapproche si près, les corps s’explorent du bout des lèvres, de la pointe de la langue. Le plaisir de goûter des saveurs nouvelles s’arrête au moment précis où le désir surgit, s’invite sans y être convié au détour d’un chemin de sable sentant l’urine et le foutre. D’innocent, le jeu bascule, devient dangereux. L’insouciance perd ses droits, la faute s’immisce…

Cette fois l’alarme est donnée par un serrement de cœur, une douce chaleur entre les jambes, un frisson parcourant le dos.

Ce désir recherché se voit refoulé à sa naissance.

Dans ma bouche il laisse un goût doux-amer, un goût sucré-salé.




De t’aimer

19122009

De t’aimer encore…

De te dire je t’aime…

De ne plus te sentir frémir…

De ton absence…

De ta présence…              

              J’ai peur.







leMartyblog |
Un regard sur l'Asie |
Sitting on a cornflake |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un coup de dés...
| nabil
| Vigne et cheval